Nos équipes irrijardin en mission au Sénégal

Depuis 2008, irrijardin intervient au Sénégal dans le cadre de son projet Irrisahel dont l’objectif est de développer l’activité maraîchère et de former les maraîchers à l’utilisation de techniques d’irrigation permettant une bonne gestion de l’eau (comme l’utilisation du goutte à goutte notamment)

Le programme Irrisahel 2018-2021 consiste à développer et à structurer le Centre de Formation agricole de Keur Moussa (CFKM) situé à 50 km au Nord Est de Dakar.

Actuellement le centre de formation utilise l’eau issue d’un forage situé à 3 km et doit faire face à de nombreuses coupures d’eau (plusieurs heures par jour). Ce manque d’eau perturbe la bonne réalisation des formations pratiques délivrées aux maraîchers et est responsable de nombreuses pertes dans les récoltes. Il est donc indispensable que le centre de formation dispose d’eau en quantité suffisante pour pouvoir être opérationnel.

Les objectifs du programme irrisahel sur la période 2018-2021 sont :
• étude géophysique –> fait en juin 2018
• création d’un forage à 92 m de profondeur –> fait en août/septembre 2018
• achat et installation de panneaux solaires et de la pompe solaire –> sera réalisé d’ici la fin de l’année 2018
• création d’un château d’eau de 30m3–> sera réalisé d’ici la fin de l’année 2018
• accompagnement à la structuration administrative et organisationnelle du centre de formation afin qu’il puisse s’autofinancer.
Le budget alloué pour ce programme de 3 ans est d’environ 70 000€.

Au mois de novembre 2018, une équipe irrijardin s’est déplacée au Sénégal pour faire le point sur l’avancement du projet, les problématiques rencontrées et les nouvelles perspectives d’actions à venir.

Pendant 3 jours de nombreux points ont été abordés.
Jour 1 :
La première journée a été l’occasion de revisiter le centre de formation et de faire un point sur l’avancée du projet. L’équipe a également pu visiter les structures voisines du centre comme l’école maternelle et primaire, le dispensaire (femme-enfants) et le Monastère de Keur Moussa.
Ces visites ont permis de mettre en évidence que des inter-actions fortes entre le centre de formation et ces structures voisines pourraient être mises en place, comme par exemple : la sensibilisation des enfants vis-à-vis de la consommation de fruits et légumes, voir même la mise en place de formation au maraîchage pour les élèves de l’école primaire, …
De plus le forage créé pour le centre pourra également être utilisé par l’école (lavage des mains, utilisation sanitaires, …).

Jour 2 :
Le deuxième jour notre équipe Irrijardin s’est déplacée sur des périmètres maraîchers situés dans la zone de Méckhé.
Depuis la création des 4 périmètres maraîchers Irrisahel en 2009 et 2010 dans cette zone, de nombreuses initiatives locales ont vu le jour et de nouveaux maraîchers se sont installés dans cette région en cultivant leur petit bout de terre, avec les moyens d’irrigation simples dont ils disposent (seau, vieux tuyau d’arrosage, …).
L’équipe Irrijardin a pu constater que ces nouvelles parcelles maraîchères sont rentables et font vivre des familles entières. Cependant les techniques d’irrigation utilisées sont très consommatrices en eau. Les distributeurs d’eau en ont profité pour augmenter le coût de l’eau et pour mettre en place des quotas sur les quantités d’eau délivrées.
Il est donc nécessaire de pouvoir permettre à ces nouveaux maraîchers de se former à des techniques d’arrosage permettant une meilleure gestion de l’eau (utilisation du goutte à goutte, du drip, …).
C’est bien là tout l’intérêt de l’investissement sur le centre de formation de Keur Moussa.

Jour 3 :
Le dernier jour a été consacré à la diversification alimentaire et à la conservation des aliments.
Un atelier cuisine a été organisé au centre de formation et une démonstration de stérilisation en bocal a été réalisée.
Notre équipe avait ramené des bocaux en verre et un thermomètre de cuisson de France pour réaliser des conserves de haricots verts. De nombreuses personnes étaient présentes, hommes et femmes de divers horizon, la maîtresse de l’école située juste à côté du centre, un technicien agronome, des hommes et femmes sans emploi, ….
Cette journée a aussi été l’occasion de rencontrer l’artisan (Mbacké Fay) qui va installer les 16 panneaux solaires et la pompe solaire nécessaire pour extraire l’eau du forage (profondeur 92 m). C’est également lui qui va réaliser le château d’eau de 30m3 permettant de stocker l’eau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.